Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 05:58

Maurice Denis, né le 25 novembre 1870 à Granville (Manche), a habité et travaillé durant presque toute sa vie à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), tout en faisant de fréquents séjours en Bretagne et en Italie. Il était un artiste peintre nabi, décorateur, graveur, théoricien et historien de l'art français.

 

 

Musée Maurice Denis (Yvelines)Musée Maurice Denis (Yvelines)Musée Maurice Denis (Yvelines)

Il avait rencontré Marthe Meurier en 1890 qui était d'abord son modèle pour de nombreux tableaux, puis son épouse un an plus tard.

Musée Maurice Denis (Yvelines)

Dès ses études, il se lie avec Paul Sérusier. Las de l’impressionnisme, ils cherchent ensembles de nouvelles solutions esthétiques et l'influence de Paul Gauguin devient réelle pour Paul Sérusier après leur rencontre à Pont-Aven en 1888. Le groupe de Nabis se forme alors autour de Sérusier avec Bonnard, Denis, Ibels, Ranson, Roussel, Piot et Vuillard. Maurice Denis en devient le théoricien.

 

 

 

Princesse dans la Tour (1914) de Maurice Denis : Ce tableau évoque une légende médiévale avec un dragon menaçant et de blancs chevaliers qui l'affrontent. Le paysage est celui de Perros-Guirec vu depuis la maison de l'artiste, la princesse est Marthe, son épouse, qu'accompagne leur jeune fils Dominique brandissant un étendard.

 

 

 

 

Petite Sapho (Bronze) d'Antoine Bourdelle (1861-1929

 

 

 

La présentation au temple à Florence de Maurice Denis : le Matin à Fiesole - La Présentation - Le soir à Fiesole. Vitrail pour l'hôtel particulier du baron Denys Cochin à Paris (1898).

 

 

 

 

La Bibliothèque de Félix Vallotton (1865-1925) : Vallotton expose à partir de 1893 avec les Nabis. D'origine suisse, d'où son surnom de « Nabi étranger », il se fait d'abord connaître par l'illustration de la gravure avant de revenir vers la peinture, sa vocation première. L'atmosphère silencieuse et la recherche d'exactitude de ses natures mortes rappellent le travail des maîtres hollandais du XVIIè siècle qu'il a étudiés.

C'est Maurice Denis qui énonce en 1890 la formule célèbre : « Se rappeler qu'un tableau – avant d'être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote – est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées. »

 

Le musée-jardin Maurice Denis à Saint-Germain-en-Laye était autrefois la demeure du peintre, il a été ouvert au public en 1980 après avoir reçu une importante donation de la part de la famille Denis. Depuis cette date, les collections se sont largement enrichies et le musée abrite désormais des œuvres de Maurice Denis et des peintres symbolistes et Nabis.

 

 

Musée Maurice Denis (Yvelines)
Musée Maurice Denis (Yvelines)Musée Maurice Denis (Yvelines)

Le domaine était à l'origine un hôpital général royal du XVIIème siècle pour les nécessiteux que Madame de Montespan avait fait construire. Maurice Denis l’acquit en 1914 et le renomma « Le Prieuré » d'après une rue voisine. Après sa mort en 1943, le bâtiment fut transformé en un institut médico-pédagogique jusqu'à l'acquisition, en 1976, par le Conseil général des Yvelines qui en fit un musée départemental.

 

 

Musée Maurice Denis (Yvelines)Musée Maurice Denis (Yvelines)
Musée Maurice Denis (Yvelines)Musée Maurice Denis (Yvelines)

La chapelle, désaffectée de l'ancien hôpital a été restaurée par Auguste Perret selon les explications très précises de Maurice Denis. Elle exprime particulièrement la vocation chrétienne du peintre et représente l’ensemble religieux le plus caractéristique et le plus complet de Maurice Denis. Il témoigne de ses efforts pour la renaissance de l'art sacré. Œuvre moderne dans un cadre ancien, il est réalisé avec des matériaux volontairment modestes et des techniques variées.

 

 

Musée Maurice Denis (Yvelines)
Musée Maurice Denis (Yvelines)Musée Maurice Denis (Yvelines)

Le jardin d'un hectare a été modelé par Maurice Denis en y introduisant toutes sortes de plantes et d'arbres. Il se compose d'une terrasse bordée de tilleuls et d'ifs, d'un théâtre de verdure, d'une roserai, puis d'un verger et d'un potager en contrebas.

 

Musée Maurice Denis (Yvelines)Musée Maurice Denis (Yvelines)
Repost 0
Trois Coccinelles - dans Yvelines
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 05:33

Nous arrivons à Fougères, en Ille-et-Vilaine, un jour du Marché qui se tient dans la ville haute, dans la rue principale : la rue Nationale. Wikipédia nous explique que fougère signifie « fossé » et qu'en Bretagne et en Normandie, un fossé est une terrasse de terre formée des excavations faites de chaque côté de la banquette, et servant de séparation entre deux propriétés.

 

La rue Nationale offre encore quelques maisons à pans de bois comme celle-ci :

 

 

 

Fougères a toujours été l'enjeu de luttes entre bretons, normands, français ou anglais. Elle a été classée Ville d'Art et d'Histoire en 1985.

 

Le Beffroi se trouve dans une rue latérale de la rue Nationale. Il n'y a que deux endroits en Bretagne où l'on peut trouver un tel Beffroi : à Dinan et à Fougères. Ce dernier est le plus ancien, son architecture est d'inspiration flamande et il a été édifié en 1397 par les bourgeois. Il symbolise la richesse des échanges commerciaux avec les régions lointaines. Sur la cloche est gravée l'inscription : « En 1397 les bourges de Fougères me firent et m'appellent Roland Chapelle ».

 

 

L'église Saint-Léonard de Fougères et située dans la haute ville près de l'hôtel de ville et du jardin public. Elle a été construite au XIIè siècle par les moines de Pontlevoy puis reconstruite de 1407 à 1636 dans un style gothique flamboyant.

Fougères (Ille-et-Vilaine)Fougères (Ille-et-Vilaine)
Fougères (Ille-et-Vilaine)

Le jardin public permet une vue imprenable sur la ville basse et particulièrement sur le château au bord de la rivière Nançon et de la ville médiévale. Le château de Fougères avec ses nombreuses tours et a été construit au 12è siècle puis renforcé au 15è siècle. Les premières activités artisanales comme la draperie, la tannerie et la teinturerie sont apparues au pied du château sur les bords de la rivière. On peut également apercevoir la flèche de l'église Saint-Sulpice dont la construction s'est étendue du XVè au XVIIIè siècles.

Fougères (Ille-et-Vilaine)
Fougères (Ille-et-Vilaine)Fougères (Ille-et-Vilaine)
Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 06:52

Pont-Aven se trouve au département du Finistère. Pendant plusieurs centaines d'années, Pont-Aven était une ville portuaire avec une industrie basée autour de ses moulins et de son port.

Pont-Aven (Finistère)Pont-Aven (Finistère)
Pont-Aven (Finistère)

La ville doit son nom à la rivière qui la traverse et qui lui donne un cachet particulier. Elle passe au travers de gros rochers et invite à de belles promenades en admirant les couleurs chatoyants et la luminosité exceptionnelle que l'on peut découvrir tout autour.

Pont-Aven (Finistère)Pont-Aven (Finistère)
Pont-Aven (Finistère)

On peut y trouver également de jolis lavoirs et escaliers de pierre puis des moulins qui étaient animés autrefois par les eaux de l'Aven qui prend sa source à Coray, au lieu-dit "Pen Aven" (la tête de l'Aven) et qui se jette dans l'océan à Port-Manech.

 

C'est justement sa luminosité, les nombreux moulins, son ambiance citadine du petit port qui ont attiré les peintres et artistes du monde entier dans cette ville. Paul Gauguin a laissé un souvenir particulier puisqu'il y a créé l’École de Pont-Aven. D'où son surnom : « la cité des peintres ». Paul Gauguin séjourna plusieurs fois à Pont-Aven en 1886 et 1894.

 

Le musée de Pont-Aven, qui est consacré aux peintures, dessins, aquarelles du XIXè siècle de Paul Gauguin, Émile Bernard, Paul Sérusier, a été créé en 1985 pour faire connaître les peintres qui ont séjourné dans cette ville et qui ont fait la réputation de l'école de Pont-Aven et du mouvement nabi.

 

D'autres expositions temporaires sont également accueillies mettant en lumière certains thèmes ou artistes.

 

 

 

 

Paul Sérusier s'était installé en 1893 à Châteauneuf du-Faou, où les habitants acceptaient de poser pour lui. Cette œuvre, aussi nommée Portrait de Marie Francisaille, représente une jeune paysanne.

 

Paul Gauguin (1848-1903) Village breton sous la neige vers 1894. Avec Émile Bernard (1868-1941), Paul Gauguin est à l'origine d'une nouvelle esthétique fondée sur l'usage de couleurs pures posées en aplats sur la toile et cernées de contours sombres rappelant l'art du vitrail.

 

 

 

 

Anonyme – Porte d'atelier. Cette porte, proviendrait de l'atelier Champy, situé sur les coteaux de Keramperchec. Elle a été peinte par un artiste anonyme.

Pont-Aven (Finistère)Pont-Aven (Finistère)

Le Musée donne sur la Place Gauguin et à quelques pas de là se trouve l'église paroissiale Saint Joseph de Pont-Aven, édifiée en 1874 à l'emplacement d'une chapelle primitive.

Pont-Aven (Finistère)
Pont-Aven (Finistère)Pont-Aven (Finistère)

La Chapelle de Trémalo du XVIè siècle, à l'orée du bois d'Amour, était bien connue des artistes. Elle conserve 3 autels en bois. Ses poutres et sablières représenteraient à travers des figurines grotesques en bois polychrome les 7 péchés capitaux.

Pont-Aven (Finistère)Pont-Aven (Finistère)Pont-Aven (Finistère)

 

 

Au sujet du crucifix, nous pouvons lire sur place quelques explications : « 1889 est l'année du « Christ jaune ». Inspiré par la crucifixion en bois du 17è siècle de la chapelle, Paul Gauguin la sort de son sanctuaire et la peint dans la campagne. En arrière-plan, la colline Ste. Marguerite, vue à travers les vitres de son atelier au manoir du Lezaven. La scène se déroule probablement en automne comme en témoignent les feuillages rougeoyants des arbres. Les femmes en prière ont sans doute été observées à la sortie de l'office célébré à l'occasion du Pardon, le 8 septembre pour la nativité de la Vierge. » 

 

 

A l'extérieur, entre deux chênes plusieurs fois centenaires, le calvaire monolithe en granit de 1807.

Pont-Aven (Finistère)Pont-Aven (Finistère)Pont-Aven (Finistère)
Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 05:24
La Ville Close de Concarneau (Finistère)

Nous voilà sur la côte sud-ouest du département du Finistère à Concarneau. Il s'agit du troisième plus grand port de pêche en France et quand on a le courage de se lever tôt, on peut aller voir le marché aux poissons de la ville à partir de six heures le matin (ou un peu plus tard).

La Ville Close de Concarneau (Finistère)La Ville Close de Concarneau (Finistère)

La Ville Close, située sur son îlot rocheux, est sans doute le point le plus attractif de Concarneau. Au XIVè siècle, elle était déjà entourée de murailles de pierre – d'où son nom – et pendant des siècles, elle était le centre des activités à Concarneau. La situation de cet îlot et sa position idéale pour interdire le débarquement d'éventuels ennemis a attiré très tôt l'attention des militaires. La Ville Close passa successivement aux mains des troupes du Duché, du Roi, des Anglais, des Protestants, des Ligueurs puis à Duguesclin qui a réussi de chasser la garnison anglaise en 1373.


 

Le 27 février 1899, l'enceinte a été classée monument Historique, échappant ainsi à une vente par adjudication du fait que les fortifications étaient devenues inutiles. Le maire Samuel Billette de Villeroche avait décidé par la suite d'installer une horloge sur un campanile à l'entrée de la Ville Close. Le beffroi a été achevé en 1906 et est devenu petit à petit symbole de Concarneau.

La Ville Close de Concarneau (Finistère)La Ville Close de Concarneau (Finistère)

La tour du Major du XVè siècle a formé avec la tour du Gouverneur les deux éléments essentiels du système défensif de l'enceinte. Comme la plupart des autres tours, elle possédait un rez-de-chaussée pour la défense et un étage réservé au major.

La Ville Close de Concarneau (Finistère)La Ville Close de Concarneau (Finistère)

 

 

 

De la Chapelle de l'Hôpital de Concarneau ne reste aujourd'hui qu'une partie des murs et surtout le pignon à verrière donnant sur la rue Vauban. Elle date du XVIè siècle et possédait deux salles communes superposées pouvant accueillir 10 malades hommes et autant de femmes. Ces salles donnaient directement sur la chapelle et permettaient aux patients de suivre les offices de leurs lits.

La Ville Close mérite bien son label d'Art et d'Histoire, on peut y admirer entre autres des magnifiques maisons à pans de bois fleuris. En flânant le long des rues pavées, on découvre toutes sortes de boutiques et magasins joliment décorés.

La Ville Close de Concarneau (Finistère)
La Ville Close de Concarneau (Finistère)La Ville Close de Concarneau (Finistère)

Cette pittoresque petite porte en ogive date de la restructuration des remparts au XVè siècle. Seul accès facile de la ville à la mer, on y débarquait les marchandises encombrantes et notamment le vin en provenance de Bordeaux. Pour satisfaire les pêcheurs, un quai a été construit dans le prolongement extérieur de la porte en 1891.

 

 

"Le Carré des Larrons", l’amphithéâtre de Concarneau, se trouve à proximité de la porte du même nom. Il s'agit de l'ancien terme pour désigner les voleurs. Une barque venait prendre les malfaiteurs condamnés au pied de cette porte pour les conduire de l'autre côté du bras de mer, au pied de la colline du Passage où se trouvait le gibet.

La Ville Close de Concarneau (Finistère)La Ville Close de Concarneau (Finistère)
Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 05:35

La commune française, Quiberon, est située dans le département du Morbihan. Quiberon était d'abord une île mais un déboisement massif a fait déplacer progressivement le sable vers la baie, créant ainsi un tombolo entre l'île de Quiberon et le continent. Jusqu'à la fin de la période médiévale, les forêts giboyeuses ont couvert la presqu'île, très appréciée par les ducs de Bretagne.

 

Les moines de Sainte-Croix étaient ceux qui ont débuté le défrichement jusqu'au XIVè siècle. Cependant, en 1746, tous les habitants de la péninsule ont vu leurs constructions détruites par la grande escadre anglaise de l'Amiral Lestock, composée de 40 vaisseaux.

 

Quiberon a aussi traversé l'Affaire de Quiberon au cours de laquelle une petite armée d'émigrés y tenta un débarquement avec l'aide des Anglais, mais ce débarquement a échoué grâce à l'intervention du Général Hoche ; 748 émigrés furent fusillés près d'Auray en 1795.

 

A la fin du XIXème siècle, le quartier des conserveries de Port Maria se développa suite à la découverte du chimiste Appert. Il s'agissait en effet de la stérilisation des aliments. Ce qui a permis à Quiberon de devenir le premier port sardinier de France avec la création des "usines à sardines".


L'arrivée de la ligne de chemin de fer Auray-Quiberon en 1882, a aussi modifié la vie de Quiberon comme partout en France. Le tire-bouchon – comme on l'appelle aujourd'hui – faciliterait le trajet.

 

Quiberon est classée station climatique en 1924 et en 1964, Louison Bobet, cycliste breton, fut le promoteur du Centre de Thalassothérapie.

Quiberon (Morbihan)Quiberon (Morbihan)

La Côte Sauvage s'étend sur 8 km depuis le Château Turpault jusqu'à la Pointe du Percho. Elle est sans cesse harcelée par la mer et les vents. Les vagues viennent se fracasser bruyamment sur les falaises escarpées, provoquant des jaillissements d'écume. L'érosion y a façonné d'innombrables criques, récifs, grottes et arches qui ne se dévoilent qu'à marée basse.

Quiberon (Morbihan)
Quiberon (Morbihan)Quiberon (Morbihan)

Quiberon a sans doute hérité quelques rejetons du site mégalithique Carnac avec ses menhirs et dolmens, site qui se trouve à 20 km de la presqu'île.

Quiberon (Morbihan)Quiberon (Morbihan)
Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 06:08

Le Fort de Kéragan ou « Fort Bloqué » date du XVIIIè siècle. Il est situé sur un îlot rocheux dans la commune de Plœmeur dans le Morbihan. La particularité de ce fort est qu'il n'est accessible qu'à marée basse.

Le Fort de Kéragan (Morbihan)
Le Fort de Kéragan (Morbihan)Le Fort de Kéragan (Morbihan)

La Nouvelle Compagnie des Indes a été créée en 1666 par lettres patentes de Louis XIV. Leurs chantiers navals et leurs entrepôts ont été implantés sur les côtes sud de la Bretagne ce qui donnait naissance à la florissante ville de Lorient.

 

En 1746 les troupes anglaises – intrigués par cette puissance maritime de la Compagnie des Indes – avaient débarqué sur la plage du Loch, ce qui a abouti par la suite à un renforcement des défenses côtières de l'embouchure du fleuve la Laïta à la citadelle de Port Louis.

 

Dès 1749, une batterie a été installée sur cet îlot. Il s'agissait d'un ouvrage fermé qui possédait quatre canons, un corps de garde et une poudrière.

 

Après avoir été abandonné pendant de nombreuses années, le Fort Bloqué est devenu propriété privée depuis 1970.

 

Voici près du Fort : des falaises escarpées, des plages souvent isolées, puis des chemins entre rochers et paysages sauvages…

Le Fort de Kéragan (Morbihan)
Le Fort de Kéragan (Morbihan)Le Fort de Kéragan (Morbihan)
Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 06:21

Larmor-Plage, station balnéaire au sud de la Bretagne - près de Lorient, est située en face de l'Île de Croix, au sud de la rade de Lorient. Des fouilles, effectuées à Quelhello-Congard ont révélé là également une implantation gallo-romaine. Ce nom provient de "ar mor" : la mer en breton.

 

Cinq usines de traitement de la sardine existaient à Larmor Plage dont la dernière conserverie a fermé ses portes à Toulhars avant la deuxième guerre mondiale.

 

 

Larmor-Plage (Morbihan)
Larmor-Plage (Morbihan)Larmor-Plage (Morbihan)

La première chapelle fut construite au VIè siècle par Gildas, dit le Sage, près du petit port appelé Port-Maria. On suppose que la chapelle a brûlé plusieurs fois avant d'être complètement détruite par les Vikings au IXè siècle. Elle a été reconstruite sous le règne de Geoffroi 1er (992-1008) puis, elle est redevenue chapelle de pèlerinage marin. Cette église paroissiale est classée monument historique et porte le nom de Note-Dame de Larmor. Dès le XVIè siècle, les navires ont salué de trois coups de canon l'église, dédiée au culte de la vierge, qui répondait par un joyeux carillon – sa devise étant : "Bon vent à qui me salue".

Larmor-Plage (Morbihan)Larmor-Plage (Morbihan)
Larmor-Plage (Morbihan)

L'intérieure de l'église est plein de charme. Le vaste porche au nord est orné des statues des 12 apôtres du XVIè siècle.

Larmor-Plage (Morbihan)Larmor-Plage (Morbihan)

Le grand retable ci-après a été réalisé entre 1685 et 1690 et il représente une peinture de Notre Dame de Larmor secourant les navires. Il existe un deuxième de la même époque, appelé "l'Autel des Juifs".

Larmor-Plage (Morbihan)

Larmor-Plage offre de belles promenades à pied et à vélo, on peut y admirer de belles fleurs de toutes les couleurs, faire son marché dominical, profiter de la mer, des restaurants, du sable fin et bien sûr de son port de plaisance.

Larmor-Plage (Morbihan)Larmor-Plage (Morbihan)Larmor-Plage (Morbihan)

voir surtout un magnifique site très complet ici :

http://www.larmor-plage.fr/

Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 06:19

Josselin se trouve dans le département du Morbihan en Bretagne. Elle se situe près du fleuve de l'Oust et du Canal de Nantes à Brest. Josselin a été créée en 1008 avec la construction d'un premier château par le vicomte Guéthenoc du Porhoët. Son fils, Goscellinus, dont le nom deviendra Josselin, donna ce nom à la ville et au château. Josselin était jadis entourée de remparts comme en témoignent encore quelques vestiges. Leurs descendants, la famille des Rohan, était très importante et a contribué à son développement. Josselin est reconnue petite Cité de Caractère et Ville Fleurie.

 

Le centre historique de Josselin a beaucoup de charme avec ses rues étroites et ses maisons à colombages médiévaux. La plus ancienne date de 1538.

Josselin (Morbihan)
Josselin (Morbihan)Josselin (Morbihan)

La Basilique Notre-Dame du Roncier, qui se trouve au centre de la ville, a été construite à cause d'une statue de la Vierge, trouvée dans un roncier, près d'une source miraculeuse au XIIè siècle. Elle est devenue basilique au XIXè siècle par décision papale.

Josselin (Morbihan)Josselin (Morbihan)

 

 

 

 

L'autel est dédié à Notre Dame du Roncier. Sa statue, au centre, est du XIXè siècle – la statue d'origien ayant été brûlée à la Révolution. Elle est entourée de St. Dominique et St. François.

 

 

 

 

 

La chaire en fer forgé date du XVIIIè siècle. Elle a été réalisée par un artisan du pays, Eustache Roussin.

 

 

 

 

 

L'orgue de Josselin est un des plus anciens de Bretagne. Il aurait été conçu pour l'Abbaye de Paimpont en 1674 par Pierre Le Hellocq. Restauré en 1990, il possède 20 jeux aux sonorités remarquables.

 

 

 

 

 

 

En descendant vers le Canal de Nantes à Brest, on passe par la poterne de Josselin. C'était une petite porte dissimulée dans les remparts à un endroit très discret. En cas de siège, les habitants de la ville close pouvaient entrer et sortir sans être vus. Celle-ci s'appelle « le trou au chat ».

 

 

 

A la sortie, on trouve un massif de rhubarbe géante, appelé Gunnera Manicata, d'origine du Brésil. C'est une plante vivace aux rhizomes traçants que l'on trouve naturellement dans les marécages montagneux. Le diamètre des feuilles peut atteindre plus de deux mètres.

 

 

Voici le pont sur le Canal de Nantes à Brest qui nous mène au plus vieux quartier de la ville : le quartier Sainte-Croix.

 

La rivière l'Oust a permis à Napoléon 1er de faire creuser le canal de Nantes à Brest, désenclavant ainsi par l'intérieur ces deux villes stratégiques. Bien que ce canal n'ait jamais servi, ni en temps de guerre ni en temps de paix, à aucune navigation, il aida à l'agriculture, au commerce et à l'industrie de se développer.

Josselin (Morbihan)
Josselin (Morbihan)Josselin (Morbihan)

 

Au XIVè siècle, les murailles du Château n'avaient pratiquement pas d'ouvertures puisque la forteresse était destinée à la défense militaire. C'est Olivier de Clisson – connétable de France et époux de Marguerite de Rohan, sœur du vicomte Jean Ier de Rohan – qui fit percer des fenêtres de taille supérieure et ajouter des lucarnes. Ce château domine d'une façon très impressionnante le Canal de Nantes à Brest et il est toujours propriété de la famille de Rohan qui l'avait initialement construit.

 

 

La Chapelle de la Congrégation a été construite en 1702 par la Congrégation de la Mission. Elle ne fut pas consacrée par l’évêque qui désapprouva sa séparation de l'église paroissiale. Vendue comme bien national à La Révolution, elle devint grenier à grain avant d'être donnée en 1805 à la Commune par son propriétaire. Elle accueille aujourd'hui des expositions.

 

Il paraît que les lavandières étaient des femmes de caractère à l'endurance exceptionnelle et au langage hardi. Elles auraient animé joyeusement ce lavoir au Square des Lavandières.

Josselin (Morbihan)Josselin (Morbihan)
Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 06:18

Dinan est située dans le département des Côtes-d'Armor en Bretagne. C'est une magnifique ville médiévale du XIè siècle et elle doit son nom à une déesse très vénérée et une colline, la colline d'Abna. Abna était le protectrice des vivants et la gardienne des défunts. C'est le fils cadet Josselin du puissant vicomte d'Alet qui a été chargé de la mise en valeur de la bourgade Dinan dont l'emplacement sur un promontoire rocheux était idéal du fait qu'il constituait la rupture entre la Rance maritime et la Rance fluviale. Ensuite, le développement a été très rapidement confié aux moines bénédictins. Grâce à cette voie navigable, Dinan devint une ville prospère qui développa le commerce des draps et des cuirs.

 

Puis, en 1283, le duc de Bretagne Jean le Roux acheta la moitié de Dinan et c'est à cette époque que la ville fut entourée d'une ceinture de remparts dont 2.600 mètres existent encore aujourd'hui. La guerre de Succession de Bretagne commença en 1341 à la mort du duc Jean III du fait que ce dernier n'avait pas d'héritier légitime. Cette guerre a duré jusqu'en 1364. Son vainqueur, Jean IV le Conquérant, duc de Bretagne, décida alors de construire un donjon en 1384 pour affirmer son autorité dans cette ville.

Dinan
DinanDinan

Le Château de Dinan est sans doute un des monuments les plus imposants de Dinan et fait partie des remparts autour du centre. Il compte également une porte ancienne, la porte du Guichet et la tour de Coëtquen. En 1908, il a été racheté par la ville de Dinan et il héberge depuis le musée qui se consacre à l'histoire locale.

Dinan
DinanDinan

La tour de l'Horloge se trouve dans la rue du même nom. Elle fut érigée à la fin du XVè siècle par la riche bourgeoisie dinannaise. Elle est haute de 47 mètres. La duchesse Anne fit venir à Dinan un mécanisme d'horlogerie fabriqué à Nantes en 1498 pour l'allemand Hamzer. Ce mécanisme est un des plus vieux d'Europe et se trouve toujours dans la Tour.

Dinan
DinanDinan

Au début du XIXè siècle, Dinan possédait près d'une centaine de maisons à porche. Une grande partie a disparu peu à peu pour permettre l'élargissement des rues.

DinanDinan

 

Dans la rue de l'horloge se trouve également l'Hôtel Kératry en pan de bois de la Renaissance. Jusqu'en 1935, cette maison se trouvait dans la commune de Lanvollon. Après un incendie hypothétique, elle fut démontée et reconstruite à Dinan entre 1938 et 1939.

 

 

 

Les Halles de Dinan, appelées « la Cohue » ont été entièrement rénovées en 2009. On peut y accéder par la rue de la Ferronnerie, la rue de la Mittrie et la Place du Petit Pain.

 

 

L'église Saint-Malo se trouve au nord-est de la ville dans la Grande Rue. Elle date du XVè siècle et est un mélange de styles renaissance et gothique. Elle reçut sa forme définitive au XIXè siècle, mais conserve des parties originelles. Une série de vitraux peut être admirée dont un représente Anne de Bretagne. Son orgue anglais de 1889 est classé monument historique.

DinanDinan
Dinan

L'ancien couvent des Cordeliers se trouve à deux pas de l'église. Il fut fondé en 1241 par Henri II d'Avaugour, seigneur de Dinan. Depuis 1804, le monument est devenu un lieu d'enseignement privé catholique. Il porte aujourd'hui le nom de : « Collège Roger Vercel », romancier et Prix Goncourt en 1934 pour le « Capitaine Conan ».

 

 

La Basilique Saint-Sauveur date du XIIè siècle. Elle a une belle façade romano-byzantique et s'est développée en gothique flamboyant aux XVè et XVIè siècle. La pierre tombale et l'urne contenant le cœur du connétable de France, Bertrand Du Guesclin, se trouvent ici. Il fut le sauveur de la ville dans une bataille contre les anglais en 1357. Le duel opposant le capitaine anglais, Thomas de Cantorbery, au chevalier breton, Bertrand du Guesclin, est resté particulièrement dans les mémoires.

Dinan
DinanDinan

Juste derrière se trouve le jardin anglais – l'ancien « promenade de la duchesse Anne ». Il a été ouvert au public en 1853 à l'emplacement de l'ancien cimetière de la paroisse Saint-Sauveur. Ici, les arbres exotiques se mêlent aux essences locales en un élégant mélange végétalisé. Le jardin offre une vue sur la rivière et la vallée de la Rance. Le nom de la rivière de Rance viendrait de deux termes celtiques : « Ren » signifiant eau ou fleuve et « Ce » étant le diminutif de petit.

Dinan
DinanDinan

Le port de plaisance de Dinan se situe en contrebas de la cité médiévale. De là, on peut admirer l'un derrière l'autre le Viaduc et le Vieux Pont ainsi que les maisons à colombages. On peut également y déjeuner ou prendre un verre sur une des différentes terrasses de café ou de restaurants...

Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 06:35

Combourg – berceau du romantisme – se situe entre Rennes et St. Malo, en Ille-et-Vilaine. Elle est aussi la patrie de François-René Chateaubriand. L'attraction principale est sans doute le château qui a été construit entre le XIIè et le XVè siècle sur une butte au bord du « Lac Tranquille ». 

CombourgCombourgCombourg

Après un certain nombre de successeurs, ce château a été acheté en mai 1761 par l'armateur René-Auguste de Chateaubriand et son épouse Apolline de Bedée. De leur dix enfants, le cadet François-René Chateaubriand y passa douze années de sa jeunesse. Il décrit sa chambre au sommet de la tour du chat dans ses « Mémoires Outre-Tombe » sans équivoque :

 

 

« La fenêtre de mon donjon s'ouvrait sur la cour intérieure ; le jour, j'avais en perspective les créneaux de la courtine opposée, où végétaient des scolopendres et croissait un prunier sauvage. Quelques martinets qui, durant l'été, s'enfonçaient en criant dans les trous des murs, étaient mes seules compagnons. La nuit, je n'apercevais qu'un petit morceau du ciel et quelques étoiles. Lorsque la lune brillait et qu'elle s'abaissait à l'occident, j'en était averti par ses rayons, qui venaient à mon lit au travers des carreaux losangés de la fenêtre. Des chouettes voletant d'une tour à l'autre, passant et repassant entre la lune et moi, dessinaient sur mes rideaux l'ombre mobile de leurs ailes. Relégué dans l'endroit le plus désert, à l'ouverture des galeries, je ne perdais pas un murmure des ténèbres. Quelquefois, le vent semblait courir à pas légers ; quelquefois il laissait échapper des plaintes ; tout à coup, ma porte était ébranlée avec violence, les souterrains poussaient des mugissements, puis ses bruits expiraient pour recommencer encore. A quatre heures du matin, la voix du maître du château appelant le valet de chambre à l'entrée des voûtes séculaires, se faisait entendre comme la voix du dernier fantôme de la nuit. »

 

 

 

CombourgCombourgCombourg

 

 

 

 

Le parc à l'Anglaise a été redessiné par Denis Bühler en 1875. On peut y trouver des hêtres, chênes, tilleuls, vieux de deux siècles dont l'arbre labellisé arbre remarquable en 2012 : faux cyprès de Lawson (Chamaecyparis Lawsoniana).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Lac Tranquille de 22 hectares appartient toujours au château mais il est ouvert au public. Il y a des jours où le château se reflète dans les eaux du lac...

 

 

 

 

L'église Notre-Dame de Combourg – du style néogothique – est en pierre de granit. Elle a été construite au XIXè siècle (durant vingt ans) successivement par les architectes Charles Langlois et Arthur Regnault. Elle héberge de nombreux vitraux et verrières remarquables. Sa destination était de rivaliser avec la Cathédrale de Dol-de-Bretagne.

 

 

 

 

 

CombourgCombourgCombourg

 

 

Au centre-ville se trouve la Maison de la Lanterne. Elle a été construite en 1597 par Perrine Jonchée, fille d'un riche armateur malouin. Les hommes de la ville et des faubourgs étaient tenus de prendre les armes et d'assurer le guet lors des foires de Combourg alors que les propriétaires devaient allumer des flambeaux dans la lanterne de la façade afin de procurer l’éclairage nécessaire aux guetteurs de la ville.

CombourgCombourg
Repost 0
Trois Coccinelles - dans Bretagne
commenter cet article

Présentation

  • : Trois Coccinelles
  • Trois Coccinelles
  • : Trois Coccinelles observent et discutent, elles n’ont pas leur langue dans la poche. Peu de choses leur échappent et elles se prennent très au sérieux quoique… un hérisson y veille ! Quand le temps est propice, elles se baladent en France et ailleurs, prennent des photos et font même des commentaires concis sans prétention.
  • Contact

Recherche

Catégories